Etat vapeur 140-C-38

  • Construction : Vulcan Foundry à Newton-le-Willow, n° 3237, en 1919.
  • Affectations successives : réseau de l’Etat en 1919 (140-C-503) ; PLM, Montargis en 1924 (140-K-3) ; Allemagne en 1941 ; Bonn ; Châlons-sur-Saône en 1950 (140-C-38) ; Vaires (Région Parisienne) ; Hausbergen en 1962 ; Noisy-le-Sec en 1963 ; Chalindrey en 1968 pour mise à disposition des CFTA. La machine était alors prévue en chute de timbre pour 1976.
  • Tournage du film « On a retrouvé la 7ème compagnie » : le fameux épisode avec les explications de Jean Lefèvre : « Ça, c’est : touche pas à ça, p’tit con ! » a été achevé le 10 octobre 1975, entre Recey-sur-Ource et Poinson-Beneuvre (ligne disparue). On remarquera, grâce au film, qu’à cette époque le tampon avant gauche est rond, tandis que celui de droite est rectangulaire !
  • Fin de carrière : elle tracte son dernier vrai train le 12 octobre 1975 (affretement non pas SNCF mais AAATV). Elle effectue ensuite de simples remorquages : elle achemine la 140-C-287 froide pour restitution des deux machines des CFTA à la SNCF le 6 novembre de Châtillon à Gray, puis le 20 novembre de Gray à Chalindrey (cette circulation est souvent présentée comme la dernière traction vapeur SNCF, mais un train désherbeur était encore tracté par la 230-G-353).
  • Historique de préservation :  en 1978 elle est confiée au club de modélisme « Rail Miniature Caennais ». Elle arrive par camion à Limoges Puy-Imbert le 27 juin 1996 (et son tender deux jours après). Le CFTLP se lance dans une réparation intégrale, pensant alors en avoir pour deux ans… Elle est de nouveau en service depuis avril 2014.
  • A propos du tender : la machine était attelée au 18-B-513 jusqu’au mois de mai 1975 selon ce qu’on peut lire sur le forum « e-train » (post du 25/07/2017), la 140-C-22, alors en chute de timbre, voit son tender B-22 attribué à la 140-C-38 le 27/05/1975 (la raison qui fait écarter le B-513 ne semble pas connue). C’est donc le B-22 que l’on voit dans le film « On a retrouvé la 7ème Compagnie », tourné cinq mois plus tard. Mais Pascal Berger (aujourd’hui membre de l’AJECTA) prend en 1976 la photo ci-dessous, qui montre le tender 18-B-513 attribué à la 140-C-38. Ce qui est confirmé puisqu’en 1982 c’est au tour de Didier Duforest de photographier le même attelage à Gray. Or le tender actuel est le B-22 ; le mystère n’est donc pas encore éclairci.
    A noter que pour les besoin du tournage du film, les décorateurs avaient réalisé une fausse caisse de tender, très réaliste, posée sur un wagon plat, afin de faciliter le tournage de certaines scènes. Il existe une photo de cet assemblage prise par un certain « P.B. / Phil 53 » sur le forum « e-train ».
  • Page spéciale sur les tenders de 140-C préservés.

Informations sur la série des 140-C

140-C-38 et tender 18B513