p o vapeur 150 a 65 b 286x200 p o vapeur 150 a 65 a 292x200

MACHINE

  • Constructeur, N°, année : ?, ?, 1912 ou 1913
  • Mise en service :
  • Affectations :
  • Immatriculation précédente : 6065
  • Radiation :
  • Lieux de préservation : rond-point à Coulouneix-Chamiers.
  • Propriétaire : SNCF
  • Commentaires sur la machine : en décembre 1971 cette machine a été acheminée froide par la 141-R-56, très probablement entre Montluçon et Châlons-sur-Saone (photo de J.-L. Poggi). Tender 4-20 B 282 (ex 20282 PO) ferraillé par le Musée de Mulhouse sous prétexte de mauvais état, prétexte difficile à accepter dans la mesure où ce tender était appelé à rester statique avec la machine. Il existe encore un tender de ce type (3 essieux) : le 20 B 546, attelé à la 231 A 546 préservée à Mulhouse. La A-65 est entretenue par le Club Mériller-Vapeur (but de l’association « l’embellissement du rond-point de Mériller »). L’association a reconstitué un tender avec une cuve de tender (non identifié, 8 à 10 m2 seulement, mais qui a ainsi été sauvée) et un châssis de wagon plat (boîtes d’essieux datant de 1892), permettant à la machine de retrouver une silhouette complète.
    Des chaudières de 150-A sont toujours en activité comme générateurs de vapeur à l’atelier de traverses SNCF de Biars-Bretenoux.

SERIE

  • Nom de type : Decapod
  • Surnom de série :
  • Constructeurs :
  • Années de construction :
  • Années de mise en service :
  • Années de radiation :
  • Régions : P.O., Paris-Bordeaux puis Limoges-Montauban et Massif Central.
  • Nombre d’exemplaires :
  • Puissance (ch) :
  • Vitesse (km/h) :
  • Poids (t.) : 85,2 en ordre de marche
  • Longueur : 11,80 sans le tender
  • Type de service : trains lourds sur Paris-Bordeaux, et tous services dans le Massif Central.
  • Commentaire sur la série : première série de type 150 dans toute l’Europe. Ces machines furent très efficaces sur la rampe à 33 p. mille entre La Bourboule et le Mont Dore. C’est à partir de ce type que Chapelon conçut la 160-A-1 à six cylindres à surchauffe et resurchauffe, mais construite dans l’après-guerre à une époque où ses performances remarquables risquaient de réduire la distance entre les machines à vapeur et les machines électriques, la 160-A-1 fut ferraillée par la SNCF parce qu’elle fonctionnait trop bien !