Bienvenue sur PFF (ex TVNP), mon site perso de recensement de matériel roulant français préservé.

Je me suis lancé dans cette aventure en… 2005, certains pensant alors que j’étais un peu fou. Ils avaient raison ! Mais un ferrovipathe conscient sait être un peu fou et tout-à-fait sérieux à la fois. Des années plus tard, j’ignore ce qu’il reste à inventorier. C’est peut-être énorme. Ou même… pire que ça ! Mais c’est un travail passionnant, qui rend bien des services. PFF est devenu une référence aussi bien pour les associations de préservation et d’exploitation, pour les association documentalistes et les modélistes professionnels. PPF est régulièrement utilisé comme source documentaire par des experts ferroviaires du Ministère de la Culture. Et a même aboutit à des sauvetages de matériel, et ça, c’est la récompense idéale !

Je suis devenu ferrovipathe en 1974 lorsque, âgé de 17 ans, la vision de la 241-P-9 arrivant en gare de Bordeaux-St-Jean me fit un effet extraordinaire. Je réalisais alors mon premier document ferroviaire : une bande son de l’arrivée de la machine. Le lendemain, Paul Larroque tournait un film 8 mm (muet) du départ de la même machine. A cette époque nous ne nous connaissions pas. Mais 35 ans plus tard nous étions tous deux membres de la AAATV MP, et au moment de réaliser un DVD sur la machine, nous avons découvert que l’un avait fait un film et l’autre une bande son du même événement ! Le monde des ferrovipathes est, en effet, assez petit !

La P9 m’avait entraîné à Guîtres, qui offrait à l’époque des trajets dans les herbes folles à bord d’un attachant tortillard fait de draisines bleu ciel et blanc. Mais arrivé avec la 241-P-9, il était écrit que je repartirai avec, en 2009, lors d’une opération de transfert inoubliable : Guîtres – St-Mariens par la route, puis St-Mariens – Bordeaux – Toulouse par le rail.

Dans les années 2000 je fus aussi membre du Chemin de Fer Touristique Limousin Périgord, où j’ai vécu de grands moments, comme en 2011, avec un trajet Paimpol (Vapeur du Trieux) – Le Mans – Paris Est – Longueville, où se déroula le Centenaire de la Rotonde. Ces journées furent hors du commun !

En 2010 Jacques Willigens me proposa de rejoindre une équipe de documentalistes de pointe pour co-fonder le « Cercle Historique du Rail Français » qui édite la revue « Rails d’Autrefois ».

Aujourd’hui je suis membre de cinq associations ferroviaires : Train des Mouettes (où j’ai reconstitué les marquages des wagons USA 1918), Cercle Historique du Rail Français, et AAATV Midi-Pyrénées.

Résidant à Bordeaux, ville où le patrimoine ferroviaire roulant est inexistant, j’ai co-fondé et je préside l’association Mémoire Ferroviaire de Bordeaux. Nous avons réussi un sauvetage : un wagon couvert Etat II (c’était la dernière pièce ancienne subsistante à Bordeaux) et depuis l’été 2018 nous tâchons de lancer d’autres projets, comme la restauration de la voiture A8 allégée Etat de la collection Léchelle.

Enfin, j’ai rejoint l’Association Bordelaise des Amis du Chemin de fer (ABAC), qui existe depuis un demi-siècle…

Alain Cassagnau