Chercher à acheter du matériel ferroviaire lorqu’on ne connaît pas les contraintes qui lui sont propres, c’est se lancer dans une entreprise hasardeuse. Parmi les déconvenues auxquelles un néophyte s’expose, voici les principales :

  • amiante : un doute sur la présence de ce matériau ? Vous pouvez déjà écarter l’idée d’un achat à la SNCF. Si elle même a une « suspicion d’amiante » (sic), elle ne vendra à aucun particulier. Or tout le matériel, depuis les années 1930, est suspecté d’amiantage.
  • patrimoine : vous pouvez imaginer acheter à une association ferroviaire. Sauf que dès qu’un élément roulant a plus de 30 ans, il est considéré comme « vintage », et donc les passionnés préfèrent vendre à une autre association afin de s’assurer de la sauvegarde de ce matériel, et non de le voir transformé en cabane ou en restaurant, ce qui lui ferait perdre définitivement tout intérêt patrimonial et toute valeur.
  • le coût : un petit wagon des années 60 en mauvais état peut s’acheter pour environ 1000 €. S’il est en bon état, le prix s’envole… S’il date du début du XXe s., il commence à coûter cher, mais de toute façon aucune association ne se sépare de ce genre de patrimoine. Ajoutez le prix du levage par grue, le transport, le désamiantage si vous voulez qu’il soit accessible à des visiteurs… rien que les prestations peuvent totaliser 15.000 €., voire bien plus. Ajoutez ensuite la remise en état, avec à nouveau du levage et du transport sur le site de l’entreprise.

Pour ce qui concerne le présent site web :

  • PFF n’est pas un intermédiaire commercial ni un service d’investigation. C’est à vous de chercher le matériel qu’il vous faut et de trouver les contacts.
  • menu « A vendre » : il est destiné aux associations de préservation et d’exploitation de trains touristiques.
  • menu « En danger » : cette mention ne signifie pas que le propriétaire vend. Lorsque ce n’est pas le cas, convaincre nécessitera un dossier en béton armé !

 Tout ça vous paraît dissuasif ? En réalité, ça ne l’est pas plus que l’achat d’un avion ou d’un bateau de taille moyenne : même pour une utilisation alternative, connaître les contraintes inhérentes à chaque type de matériel lourd est indispensable à votre sécurité et à la pérénité du patrimoine industriel. Aussi, si vous êtes pris de passion pour le matériel ferroviaire, la meilleure chose que vous ayez probablement à faire et de rentrer dans une association : en terme de plaisir, le « retour sur investissement » est immédiat et le risque est quasi nul, contrairement à un projet strictement personnel.